MAGIQUE!!!

DSC08508Nos minimes se trouvaient au pied du mur ce samedi, car ils devaient impérativement gagner leur deux matchs pour se qualifier pour les demi-finales du championnat de France.

Nous recevions Crolles et Marcy, notre adversaire direct pour cette qualification.

L'atmosphère était tendue, voire pesante surtout pour les parents. Mais nos joueurs, eux, affichaient une sérénité jamais vue. Avaient-ils consciences de l'enjeu ? La suite nous le démontrerait.

Revenons à cet avant match qui fut la clef du succès. En effet, Michel, notre coach, a su mettre nos Minimes dans des conditions optimum, tant mentales que physiques.

En fait, ce samedi, Michel et les joueurs l'avaientt préparé depuis plusieurs jours, en augmentant la dose et l'intensité des entraînements en se confrontant, par exemple, à la N2.

Michel n'a eu de cesse de répéter ces quelques mots : intensité - jeux d' équipe - compétiteurs - tirs cadrés - rebonds.

Un grand tableau dans le vestiaire rappelait ces consignes et chaque joueur s'en imprégnait. Je n'ai jamais vu une préparation d'avant match aussi aboutie; il régnait une atmosphère de confiance et de détermination incroyable (facile à dire après les matchs, mais ce fut vraiment le cas).

Notre 1er match contre Crolles devait nous lancer et nous mettre en confiance pour le match fatidique suivant.

L'entame de match est tendue, le jeu est haché et viril, nos joueurs ont un trop plein d'énergie et le jeu s'en ressent. Les minutes passent et le tableau d'affichage reste vierge; on n'est pas rassuré.

Nous débloquons le compteur au bout de 7 minutes, une bouffée d'air frais nous parvient mais cela ne suffit pas à calmer notre impatience. Le jeu continue avec un engagement permanent de nos Aiglons, qui veulent bien faire, mais cela reste brouillon, c'est rageant. Nous parvenons tout de même à la mi-temps sur le score de 2 à 0, mais rien n'est fait.

La deuxième mi-temps fut tout aussi crispée et nous ne parvenions pas à faire la différence afin de nous mettre à l'abri définitivement. Jusqu'au bout ce fut dur, mais la victoire était là sur le score de 3 à 0. Nous retiendrons en plus de la victoire le comportement extra sportif, de bon augure pour le prochain match.

Il fallut attendre 2h30 avant cette petite finale pour la qualification. Pas facile à gérer pour notre coach. Marcy ayant gagné contre Crolles également, c'est sur ce match que notre saison allait se jouer.

Retour aux vestiaires pour la meute sous la baguette de Michel, passage en mode guerriers et hyper concentrés vraiment bluffant, métamorphosés qu'ils étaient.

Les parents, par contre, commençaient à souffrir terriblement; certains ont disparu, d'autres ne parlaient plus, voire faisaient des incantations... bref, un vrai chaudron: la marmite commençait à bouillir.

C'est remontés comme des coucous suisses que nos Minimes rentrèrent dans l'arène et nous attendions tous de voir les 1ères minutes pour confirmer .... ou pas leurs intentions.

OUF nous étions rassurés! C'est tambour battant que nous attaquions ce match ,l'intensité prenait ici tout son sens, car nos Aiglons asphyxiaient Marcy par un pressing incessant. Le jeu était de belle facture car l'opposition était au rendez vous. Les minutes s'égrenaient et nous avions du mal à trouver l'ouverture; pourtant, nous assiégeons leur cage.

Sur une belle action, Guillaume débloquait le compteur pour la plus grande joie de tous, mais rien n'était fait. Un deuxième but plein d'opportunité et d'engagement de la part de Jean nous faisait un bien fou, mais rien n'était fait.

Mi-temps: on recharge à bloc et on remet ça, car rien n'était fait.

La deuxième mi-temps nous voyait dominer et surtout bien jouer. Les actions s'enchaînaient, les changements s'opéraient à une cadence folle, nous étions dans ce tourbillon mais..... rien n'était fait, les minutes passaient lentement, trop lentement. Marcy revenait sur nous: horreur !!! 4-2 il restait encore du temps et tout allait tellement vite que nous ne pouvions croire en la victoire encore.

La fin du temps réglementaire approchait, Marcy jetait toutes ses armes dans la bataille en faisant sortir son gardien. Simon n'en demandait pas tant et, par deux superbes tirs de loin, nous mettaient hors de danger. C'est tout le gymnase qui explosait de joie; c'était magnifique, magique.

La fin du match ne fut plus qu'une formalité et se conclut sur le score sans appel de 6 à 2.

Une communion s'est alors emparée des joueurs et parents, coach tout le monde était sur le terrain, les regards en disaient long.

C'est pour des moments comme celui là que nous accompagnons nos enfants.

Bravo à eux; ils ont été exemplaires.

Le vestiaire fut le moment de liesses avec parents où les traditionnels chants résonnèrent jusqu'au bout de la nuit....

Minimes_12_03_16_n6.jpgMinimes_12_03_16_n10.jpgMinimes_12_03_16_n3.jpgMinimes_12_03_16_n8.jpgDSC08508.JPGMinimes_12_03_16_n9.jpgDSC08506.JPGMinimes_en_demi-finales_le_12_03_16.jpg